J’ai suivi la session 2015/2016 de la formation professionnelle en lutherie guitare dispensée par Richard BAUDRY. J’ai pu bénéficier de sa prise en charge par l’Unagecif, organisme auprès duquel, la RATP, mon employeur, est adhérent. J’ai prospecté pendant 5 ans avant de trouver une formation sérieuse. Celle de Richard BAUDRY n’a pas d’équivalent en France et qui plus est, elle est reconnue par ses pairs. C’est une formation complète qui aborde tous les aspects du métier, de la création de son logo, la création de ses modèles d’instruments, la gestion de la clientèle, à la communication de son activité. Dans ce cadre nous étions 3 stagiaires, le nombre idéal pour avoir un suivi de qualité par notre maître-luthier. Nous avons grâce à lui pu participer à bon nombre de salons ou expositions artisanales Je suis en cours d’installation et je constate que cette formation m’apporte encore beaucoup notamment dans l’organisation des différentes démarches ainsi que dans l’organisation de mon travail dans l’atelier. Elle m’a donné confiance en la possibilité de m’installer comme luthier. J’ai commencé les travaux d’aménagement de mon atelier et je compte être opérationnel et accueillir mes premiers clients dans 6 mois. Par ailleurs l’Unagecif m’a contacté pour réaliser un article sur mon cheminement, des démarches auprès de lui jusqu’à mon installation.

adnguitars.com

Alain De NadaïLuthier

J’ai effectué cette formation professionnelle au sein de l’entreprise Richard Baudry pour devenir luthier en guitare, de Septembre 2013 à Juin 2014. Pour expliquer mon parcours et ma démarche qui a fait que je suis entré chez Richard Baudry, j’étais scientifique de formation initiale et en septembre 2012 j’ai commencé ma reconversion pour devenir luthier en guitare, qui m’a pris au total 4-5 ans. J’y ai travaillé seul pendant la première année, en sachant qu’il fallait que je me forme spécifiquement au métier plus tard, je considère encore aujourd’hui qu’il est impossible de fabriquer des guitares sans être passé chez un professionnel. J’ai trouvé tout seul la formation chez Richard Baudry et elle m’a aussi été conseillée par un luthier en guitare Meilleur Ouvrier de France à Montpellier. À l’époque il existait trois formations privées en France et les deux autres ne me convenait pas du tout (une 3 fois plus chère et mal organisée et l’autre orientée uniquement sur la fabrication des outils pour fabriquer une guitare acoustique, jusqu’à l’étape du vernis seulement). Les formations diplômantes ne m’intéressaient pas car elles n’étaient pas rentables pour moi. Pendant cette formation j’y ai appris la pratique de fabrication d’un instrument à cordes pincées. Cette formation me sert de base solide pour développer mon activité, à chacun ensuite de se démener pour devenir chef d’entreprise. J’ai été financé à hauteur d’un tiers du coût de la formation, et j’ai pu payer tout le reste grâce à une allocation chômage (ARE). Après quelques emplois j’ai pu créer mon entreprise en Février 2016. J’ai deux activités en parallèle, j’ai en emploi de salarié en temps partiel en plus de mon activité de lutherie. En deux ans j’ai fabriqué 6,5 instruments. De plus en plus de personnes viennent me voir pour des réparations. Grâce au savoir faire du maître artisan Richard Baudry, mes clients et mon entourage sont très enthousiastes de la qualité des produits finis. En effet en neuf mois seulement j’ai pu obtenir un niveau qui n’est discutable que parmi les professionnels du secteur des métiers du bois. C’est cette qualité que j’étais venu chercher chez Richard Baudry, car pour moi elle seule permets l’existence du luthier en tant que fabricant, qui se place sur le marché du haut de gamme, face à la concurrence industrielle bas de gamme.

Si vous cherchez un luthier guitare près de Lyon ou Dijon, vous pourrez le contacter sur www.favierguitars.com

Anthony FavierLuthier

J’ai intégré la formation de Richard Baudry en Octobre 2011. J’ai choisi cette formation suite à l’obtention d’un bac pro ébénisterie. Je m’étais engagé dans cette voie afin de me familiariser au maniement des outils à bois, tout en gardant ce rêve de devenir un jour luthier dans un coin de la tête. J’ai donc envisagé différentes options, comme les écoles (comme par exemple l’Itemm), avant de me diriger vers l’atelier Baudry, découvert par hasard à l’époque. Je cherchais à suivre un stage de bac pro chez un artisan luthier, j’avais contacté Richard pour ce motif. C’est là qu’il m’a annoncé préparer tout un cursus de formations d’un an, dont le but était de donner les outils pour pouvoir s’installer ensuite. Ce qui m’a séduit, dans cette formation, est avant tout son aspect « réel », « réaliste ». On ne suit pas un professeur dans une école, on suit un artisan ayant déjà fait ses preuves, dans un atelier qui fonctionne, avec un passage important de la clientèle. Au sortir d’un bac pro très abstrait, dans une salle de classe, avec des professeurs n’ayant parfois jamais travaillé à leur compte, la différence était de taille. C’est vraiment un premier pas dans l’univers de l’artisanat, dans tous ses aspects (l’atelier, la promotion, les salons, la relation client, la comptabilité, même). Pour quelqu’un qui souhaite s’installer par la suite, c’est inestimable, cela évite énormément de mauvaises surprises. En ce qui concerne la formation en elle-même, elle est vraiment axée sur le fait de disposer de ses outils pour la suite. Une grande partie est d’ailleurs consacrée à la création des moules, de la cintreuse, de l’achat des premiers outils, les indispensables. Vient ensuite la création à proprement parler, avec tout l’aspect fabrication de différents types de guitares. Il appartient à chacun de placer la barre où il le veut, de fabriquer le nombre d’instruments qu’il souhaite, avec une difficulté à la carte. Pour ma part, j’en ai réalisé quatre, deux folks et des électriques, dont une basse. Mon but était de voir le maximum de choses, afin d’assurer mes premières commandes sans trop de problèmes par la suite. L’aspect « réparations » est également très présent, car il représente une grande part du travail d’un luthier. A ce niveau, les opérations simples sont accessibles sous la tutelle de Richard (le travail se fait sur les instruments de la clientèle, pas d’erreur possible donc). Pour les réparations plus délicates, j’ai souvent observé Richard à l’oeuvre (l’assommant de questions au passage) afin de me former. L’observation est très importante dans l’apprentissage, il y a beaucoup de choses à voir durant la formation. Pour ce qui est de l’installation de mon atelier, j’ai pris une petite année afin de me construire un cadre de travail convenable, et de m’équiper en machines. Je me suis inscrit à la chambre des métiers début 2013, pour un début d’activité réel aux alentours de septembre. J’ai fabriqué une vingtaine de guitares depuis, construis ma clientèle, fait beaucoup de réparations en tous genres, et forcément augmenté mes compétences depuis. L’atelier commence à tourner convenablement aujourd’hui, le délai de cinq ans que j’avais envisagé pour construire ma clientèle a l’air exact, c’est ce qui était prévu. Je participe à un ou deux salons chaque année, si possible assez loin de mon atelier, afin d’augmenter mon rayon d’action. L’expérience acquise dans ce cadre lors de la formation m’est d’ailleurs précieuse, aujourd’hui encore. Il est d’ailleurs à noter que Richard n’est jamais avare en conseils, même plusieurs années après. Il ne m’est pas rare de l’appeler pour lui demander un coup de pouce, il y a un vrai suivi des stagiaires dans le temps. Pour conclure, j’ajouterais que cette formation s’adresse vraiment aux personnes passionnées de lutherie, qui souhaitent s’installer par la suite. Il s’agit d’un métier difficile, et chacun sait d’avance où il met les pieds en débutant le cursus. Mais c’est – à mon sens – le meilleur moyen de mettre toutes les chances de son côté, avec une expérience acquise très précieuse, tous les outils en main pour construire immédiatement au sortir de la formation, et « faire face » à ses premiers clients.

raphaelpaquet.fr

Raphaël PaquetLuthier

J’ai suivi la formation professionnelle proposée par Richard Baudry entre septembre 2012 et juin 2013. Agé de 50 ans à l’époque, la formation était le point clef d’un projet de reconversion professionnelle. Suite à la formation, j’ai construit mon propre atelier de lutherie et je me suis installé en décembre 2014 en statut de micro-entrepreneur. Depuis, j’ai exposé mes guitares avec succès aux grands salons suivants: Festival Guitare Issoudun 2016, Festival de la Guitare de Puteaux 2017, Festival Guitare Issoudun 2017 et bientôt au Salon de la Belle Guitare (Montrouge, mars 2018). J’ai également exposé aux événements régionaux: Les Guitares de l’Espoir (2015, 2016, 2017), 3ème Festival Label Guit’art 2016.Un banc d’essais d’une de mes guitares est programmé pour 2018 dans un numéro du magazine Guitarist Acoustic.  J’ai trouvé que le déroulement de la formation était bien conçu. Elle commence par une période d’observation. Richard s’organise pour démarrer la fabrication d’une guitare le premier jour pour qu’on puisse observer toutes les étapes de fabrication pendant les premières semaines. Cette période sert aussi à acheter de l’outillage, du matériel etc, toujours avec les conseils de Richard. Ensuite, on commence à fabriquer les gabarits en préparation de se lancer à la première guitare. Cette étape sert également à nous habituer aux machines et aux règlements de sécurité à respecter dans l’atelier. Finalement, on commence à fabriquer nos propres instruments. En cette période les choix sont assez libres – folk, classique, électrique, réparations etc – c’est à nous de choisir selon le parcours envisager suite à la formation, et Richard est expérimenté en toutes ces domaines. En mon cas, j’ai choisi de me concentrer sur la fabrication des acoustiques folks. L’ambiance à l’atelier était toujours bien agréable, et j’ai trouvé Richard excellent comme formateur. L’exigence avec laquelle il fabrique ses instruments est appliquer également au niveau pédagogique, et j’essaie de m’appliquer au même niveau dans mon propre travail. Je peux recommander cette formation sans aucun réserve, elle m’a bien préparée pour démarrer mon activité de luthier et l’expérience va rester longtemps dans mes souvenirs.

Andrew LowryLuthier

J’ai effectué ma formation en Lutherie Guitare chez Mr Baudry de Septembre 2015 à Juin 2016.Unique en France, cet apprentissage complet et apprécié est reconnu des autres luthiers. Richard Baudry offre un accompagnement et une disponibilité ante et post-formation très complet. Pédagogue passionné, il transmet son savoir qui assure une indépendance et une assurance à ses élèves dès la sortie du cursus. Pour ma part, après plusieurs mois de travaux, j’ai ouvert mon atelier et cela fera bientôt un an que je suis à mon compte. Au cours de cette première année, j’ai pu exposer dans deux salons majeurs de ma région (Les Artisanales de Chartres et les J.E.M.A.). D’autres sont à venir courant 2018 (Le Salon de la Guitare et le festival de musique L’Paille-a-Sons). Via ces événements, un article est paru sur l’atelier, ainsi que la diffusion de mon enseigne au travers de différents supports (flyers, affiches…). Grâce à tout cela, mon activité s’est développée rapidement. En conclusion, cette formation très enrichissante que je conseille vivement, encore aujourd’hui, aux futurs Luthiers est d’une valeur importante dans la transmission artisanale des métiers de demain.

www.philippegouez.com

Philippe GouezLuthier

Depuis mes 14 ans, je souhaitais devenir luthier. J’ai entrepris en ce sens une formation d’ébénisterie de 2007 à 2010, et j’ai dû trouver un stage en entreprise. J’ai rencontré Richard Baudry lors de mes recherches. C’est en 2011 que j’ai démarré ma formation professionnelle chez lui. Mes critères étaient simples : avoir une formation en immersion totale dans l’entreprise, avec toutes les perspectives qu’amène le travail de luthier et une préparation complète et rapide. Lors du stage, j’ai appris à fabriquer mon outillage, à employer certaines machines, à maîtriser le réglage des instruments et surtout, à en fabriquer. Cette formation est très complète et surtout permet d’avoir une réalité « de terrain ». J’ai également accompagné Richard Baudry sur certaines expositions afin d’en comprendre l’utilité et le fonctionnement. J’ai par la suite présenté mon travail à divers luthiers renommés pour en recevoir les critiques afin de m’améliorer. A l’issue de cela, j’avais les cartes en mains pour m’installer à mon compte dès mars 2012 à Ath en Belgique. Je suis installé depuis avril 2015 à Genève en Suisse. J’ai actuellement fabriqué 35 guitares et réparé, réglé, quelques milliers d’instruments. J’ai pu constater l’absence totale de formation similaire en Belgique et en Suisse. De plus, les luthiers sont souvent réticents à prendre des stagiaires de par la perte de temps, et donc de profit que cela représente. Avec une bonne formation, le travail ne manque pas et mes clients sont ravis de la qualité que je peux leur fournir.

C’est les yeux fermés que je referai ce choix à l’avenir, car elle surpasse de loin ce que peut fournir une école avec des cours théoriques et pratiques, et un professeur qui doit partager son temps de travail pour chaque élève. Avec Richard Baudry, on apprend en observant son travail ainsi qu’en travaillant nous-mêmes sur nos créations.

http://www.luthier-jv.com

Jérôme Vander MarenLuthier